Le Mythe d’Hésiode

Le mythe des races métalliques ou mythe des âges de l’humanité est un récit anthropogonique de la mythologie grecque qui fait pendant au mythe prométhéen. Il est rapporté pour la première fois par Hésiode, dans Les Travaux et les Jours (viiie siècle av. J.-C.), et repris ensuite par d’autres auteurs.

Le mythe hésiodique (les cinq races)

Dans Les Travaux et les jours, poème didactique composé en grec ancien au viiie siècle av. J.-C., le poète Hésiode distingue cinq races d’êtres humains successives, dans lesquelles l’existence, d’abord idéale, se dégrade progressivement. Chacune de ces races est créée par les dieux de l’Olympe, et vient à s’éteindre après un temps déterminé.

  • La race d’or est créée lorsque Cronos règne encore au ciel :

« les Hommes à cette époque ne travaillaient pas et vivaient en accord parfait avec la faune et la flore, les sacrifices étaient donc inexistants. Les Hommes n’étaient pas à proprement parler « humains » ; ainsi, ils ne se reproduisaient pas, mais étaient « semés ». Les saisons étaient inexistantes, ils vivaient dans un printemps éternel. La nature était d’ailleurs bienfaitrice (mère nourricière) et leur fournissait tout sans aucun effort. « Ils vivaient comme des dieux, le cœur libre de soucis, à l’écart et à l’abri des peines et des misères : la vieillesse misérable sur eux ne pesait pas ; mains, bras et jarret toujours jeunes, ils s’égayaient dans les festins, loin de tous les maux. Mourants, ils semblaient succomber au sommeil1. »

Ceux-là vivent des récoltes que la terre donnait d’elle-même et, après leur mort, sont changés par Zeus en « bons génies de la terre, gardiens des mortels, dispensateurs de la richesse ».
  • La race d’argent, parce qu’elle se montre coupable d’hybris, connaît le mal et la douleur : « Ils ne savaient pas s’abstenir entre eux d’une folle démesure. » C’est aussi le début de l’agriculture ; pour la première fois les Hommes doivent creuser la terre afin d’obtenir le blé. Elle fut finalement ensevelie par Zeus, courroucé de ne les voir rendre aucun hommage aux dieux.
  • La race de bronze est une race guerrière, « fille des frênes, terrible et puissante » : également coupable d’hybris, elle finit par s’anéantir elle-même.
  • La race des héros, « plus juste et plus brave », est celle des demi-dieux engendrés par les immortels venus s’unir avec les mortelles. Leurs histoires sont racontées dans les épopées antiques ; la plupart périssent lors de la guerre des sept chefs à Thèbes puis à la guerre de Troie, et les plus méritants sont placés par Zeus dans les Îles des Bienheureux.
  • La race de fer, actuelle, trouve encore « quelques biens mêlés à tant de maux ». Mais un temps plus dur attend cette race, où : « […] l’hôte n’est pas à l’abri de son hôte, ni le beau-père de son gendre ; même entre frères, la bonne entente est rare. Le mari médite la mort de sa femme, et la femme celle de son mari ; de redoutables marâtres mélangent les sucs livides de l’aconit ; le fils se demande combien d’années va vivre encore son père. » Indignées, Aidos et Némésisquitteront alors la terre pour se réfugier dans l’Olympe, alors « il ne restera plus aux mortels que les chagrins dévorants, et leurs maux seront irrémédiables »