La théorie des cycles en Inde

Métrique sidérale

  • Un paramanu est l’intervalle normal de clignement d’œil chez l’homme, soit approximativement 4 secondes,
  • un vighadiya vaut 6 pranamus, soit approximativement 24 secondes ;
  • un ghadiya vaut 60 vighadiyas, soit approximativement 24 minutes ;
  • un muhurta est égal à 2 ghadiyas, soit approximativement 48 minutes ;
  • un nakshatra ahoratram ou jour sidéral équivaut à 30 muhurtas, soit approximativement 24 heures1.

Petites unités de temps utilisées dans les vedas

  • Un leekshakamu est le 60e d’un pranamu, ou le 15e d’une seconde,
  • un lavamu est le 60e d’un leekshakamu, ou le 900e d’une seconde,
  • un renuvu est le 60e d’un lavamu, ou le 54 000e d’une seconde,
  • un truti est le 60e d’un renuvu, ou le temps qu’il faut à une aiguille pour pénétrer dans une feuille de lotus, ou le 3 240 000e d’une seconde.[Information douteuse] [?]

Métrique lunaire

  • Le Tithi (écrit parfois thithi) ou jour lunaire est défini comme le temps nécessaire à l’angle longitudinal entre la Lune et le Soleil pour augmenter de 12°. Les tithis commencent à des heures variables du jour et ont une durée qui varie approximativement de 19 à 26 heures.
  • Un paksa ou quinzaine lunaire se compose de 15 tithi’ ;
  • un masa ou mois lunaire (approximativement 29,5 jours) est divisé en deux paksas : celui entre la nouvelle lune et la pleine lune s’appelle gaura (le lumineux) ; celui entre la pleine lune et la nouvelle lune porte le nom de Krishna (le sombre)
  • 2 mois lunaires forment un Ruthu ;
  • Ruthu composent 1 Aayanam ;
  • Aayana donnent 1 année.

Métrique tropicale

  • un jamu vaut 7½ dhadiya ;
  • jamu valent la moitié du jour (journée ou nuit)
  • un ahoratram est un jour tropical (note : comme précédemment, un jour commence à l’aube et se termine au crépuscule, pas à minuit.)

Les années sont groupées en yugas ou âges :

Les différentes âges d’un mahâyuga

  • un cycle comprenant les quatre yuga ci-contre est une mahâyuga (4 320 000 années solaires) ;
  • un manvantara se compose de 71 mahâyugas (306 720 000 années solaires)
  • après chaque manvantara suit un Sandhi Kala d’une durée de 1 728 000 années solaires. Durant un Sandhi Kala, la terre entière est submergée par l’eau.
  • Un kalpa se compose d’une période de 1 728 000 années solaires, appelée Adi Sandhi, suivie de 14 manvantaras et Sandhi Kala pour un total de 1000 mahâyugas soit 4 320 000 000 années solaires.
  • Deux kalpas (une journée et une nuit) constituent un jour de Brahmā ; le cycle de vie de Brahmâ est de cent années de Brahmâ, ou 311 040 milliards d’années, soit 1 maha-kalpa (un « grand kalpa »).

D’après la cosmogonie hindoue, Brahmâ crée l’univers chacun de ses jours puis le réintègre en lui chacune de ses nuits, sous forme de potentialité. En somme, en utilisant le vocabulaire de la cosmologie actuelle, chaque jour de Brahma commence par un Big Bang et se termine par un Big Crunch. Mais, à la fin du cycle de vie de Brahma, l’univers se résorbera dans l’ineffable esprit du monde et un nouveau dieu créateur commencera un cycle de création.

Les Yuga, les « âges» de la Terre

Article détaillé : Yuga.

Les Yuga sont au nombre de quatre : Satya (ou Krita), Treta, Dvapara et Kali. Nous serions aujourd’hui dans le Kali Yuga qui dure 432 000 ans dont il resterait environ 427 000 années à vivre, (ou « expérimenter »).

Le système des quatre yugas rappelle les quatre âges de la Grèce antique, et ils partagent parfois les mêmes dénominations d’âge d’or, d’argent, de bronze, et de fer, que l’on retrouvait dans la Perse antique, ce qui pourrait indiquer une origine commune.

Un yuga (sanskrit en devanāgarī : युग) (ou youga) est un « âge » ou une époque dans un cycle de quatre yugaSatya Yuga (ou Krita Yuga), Treta YugaDvapara Yuga et Kali Yuga1. Selon la cosmogonie hindoue, le monde existe sur une durée de 4 320 000 années solaires2 (mahâyuga) avant de se dissoudre et d’être recréé à nouveau3. Le premier Yuga, Satya, est un âge d’or et le déclin se poursuit jusqu’à l’âge sombre de Kali, dans lequel nous serions actuellement, et qui précède la dissolution (Pralaya).

Le système des quatre yuga rappelle les quatre âges de la Grèce antique4 et ils partagent parfois les mêmes dénominations d’âge d’or, d’argent, de bronze, et de fer, que l’on retrouvait dans la Perse antique, ce qui pourrait indiquer une origine commune5.

Origine du concept

Le concept de Yuga est décrit dans le Vishnu Purana qui fait partie des dix-huit Purunas composés entre 400 et 1000 de notre ère. Ce texte présenté sous forme de dialogue entre Parashara et son disciple Maitreya est divisé en six parties. Ce concept associé aux quatre âges (mahâyuga) est introduit dès la première partie dans le chapitre III.

Notes et références

  1.  Satya YugaTreta YugaDvapara Yuga et Kali Yuga correspondent respectivement dans la cosmogonie hindoue à l’âge d’orl’âge d’argentl’âge d’airain ou de bronze et l’âge de fer (dans l’ouvrage Surya-Siddhanta par Ebenezer Burgess, 1858. Réédition Kessinger Publishing, 1998, page 153. (ISBN 9780766107120))
  2.  Journal des Savants. Pierre Claude François Daunou. Éditions Klincksieck, année 1860, page 602
  3.  World Mythology, par Donna G. Rosenberg, 1994 McGraw-Hill Professional, (ISBN 0-8442-5767-2), Page 327
  4.  Chronological Tables. Encyclopedia Metropolitana, Publié par R. Griffin, 1857, page 3
  5.  Waerden L., Das Grosse Jahr und der Ewige Wiederkehr, Hermes, 80 (1952) H. 2, pp.129-55